Transférer le contenu d’un Cloud vers un autre

Vous disposez d’un accès à OneDrive, Google Drive, et d’autres Clouds ? Le multi cloud c’est bien mais au bout d’un moment on se lasse de passer de l’un à l’autre, surtout si – en utilisateur préoccupé de sécurité- vous avez installé le login double avec envoi d’un SMS de confirmation ou approbation par une app Android ou iOS.

Que faire ?

Passer par un service de transfert s’avère la réponse la plus pratique. Nous en avons essayé deux.

Cloudsfer

Cloudsfer est un système US qui présente 5 niveaux d’abonnement pour utilisateurs privés, de 10 Go (gratuit) à 300 Go (100 $ et 30 cents le Go additionnel). ainsi que 3 plans un peu plus volumineux pour les entreprises (jusqu’à 500 Go, 200 $ et 40 cents le Go supplémentaire).

L’utilisation est simple : vous choisissez le cloud de départ, procédez à l’autorisation avec le login habituel, choisissez ensuite le ou les dossiers à copier. Choisissez ensuite le cloud d’arrivée, autorisez de la même manière, puis déterminez le dossier de destination. Le tour est joué.

Le système procède au transfert en arrière plan, et à l’arrivée tout semble se passer sans encombres quels que soient les types de fichiers. Nous n’avons rencontré aucun problème lors de notre test qui comprenait le transfert de 6 Go de Google Drive vers OneDrive. Seul bémol, l’alerte « achetez des crédits » lors de notre second test qui dépassait la capacité allouée. Il fallait s’y attendre.

Le système propose en outre un rapport qui vous indique la manière dont la tâche s’est déroulée. C’est là que le bât blesse : dans notre test, nous constatons que seuls 107 fichiers ont été migrés sur 276. Pourquoi ? Mystère, car le rapport d’erreur reste désespérément muet. Pourtant un examen semble montrer que les fichiers sont bien là. A quoi correspondent les items manquants? Difficile de le savoir.

Vous pouvez créer autant de paires (ou « migration plans »)  que vous le souhaitez, pour les relancer en cas de besoin ultérieur.
Pour : simple à utiliser, efficace… à l’exception des fichiers manquants.

Contre: En anglais seulement. Interface un peu désuète. Et quid de la sécurité de vos données ? Enfin le prix nous paraît un peu élevé pour une entreprise. Si vous avez plusieurs To de données vous devriez le sentir passer…

Mover.io

Second test, avec Mover. L’interface parait plus moderne que celle de Cloudsfer. Mais surtout on nous informe dès l’appairage que OneDrive impose des limitations : taille de fichier maximum 120 Mo, et maximum 500 fichiers transférés par tranche de 6 heures. Le système propose en outre d’archiver les fichiers avant transfert par Zip. L’interface de suivi est ensuite beaucoup plus plaisante : une fois que l’on a pressé le bouton « Run » on se trouve face à un écran qui indique le nombre de fichiers transférés, les transferts réussis, les erreurs et les transferts actifs.

Côté prix, deux modèles : le backup ou la migration. Pour la migration, c’est gratuit pour les utilisateurs privés, et 20 $ par mois pour les entreprises pour 20 Go, et 1 $  le Go supplémentaire. Nettement plus cher que Cloudsfer ! Pour le backup vous avez droit à 3 Go transférés par mois pour 4$. Bref, c’est peu !

Enfin, reste la question de la sécurité. Mover explique dans sa base de connaissances qu »après avoir terminé la transmission de vos données entre les services que vous avez indiqués, nous supprimons toute copie de vos données sur nos serveurs. Nous facilitons simplement les copies de vos données et nous n’avons aucun intérêt ni bénéfice à retirer de vos données ». 

L’infrastructure utilisée par Mover est sur Amazon EC2 (elastic cloud). Les fichiers sont encryptés à réception sur ces serveurs au moyen du protocole AES-256. Ils sont ensuite envoyés vers le serveur de destination à travers une connexion sécurisée 256-bit SSL.

Sur le papier c’est très joli, mais la confiance ça se mérite. Rien ne permet de garantir que vos données vont effectivement être effacées, ni que les protections anti-hacking sont efficaces.

D’ailleurs Mover précise quelques détails gênants : « nous assurons la confidentialité de vos données de votre mieux ». Comment définir « le mieux? ». C’est une promesse, or les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Mover ajoute que ses employés « n’ont pas le droit de visualiser le contenu des fichiers que vous transférez, et sont seulement autorisés à visualiser les méta-données (les noms de fichiers et leur emplacement). Comme tous les services online, nous avons un petit nombre d’employsé qui doit pouvoir accéder les données utilisateurs pour des raisons expliquées dans notre politique de confidentialité (lorsque la loi nous le demande). Mais c’est la rare exception, pas la règle. Nous avons une politique stricte et nos contrôles d’accès techniques interdisent aux employés d’accéder à vos données en dehors de ce cadre »

Traduction : vos données ne sont pas protégées à 100%. Loin s’en faut. Entreprise Canadienne, Mover est tenue de répondre aux contraintes de la loi du pays de la feuille d’érable, et ses employés font probablement un peu ce qu’ils veulent…

Une fois le transfert terminé, on reçoit un email et un rapport d’erreurs relativement précis :

 

Pour : Simple à utiliser, efficace, rapports d’erreurs précis. Possibilité de faire des backups depuis une base MySQL ou un FTP directement vers un Cloud (abonnement Pro uniquement, comprend également Rackspace, SugarSync, MediaTemple, Amazon S3 etc)

Contre : le prix.. Et la sécurité.

Bilan

Mitigé. Il nous reste encore à trouver la solution idéale, celle qui garantit une sécurité absolue. Ajoutons qu’aucune des deux solutions ne propose de dédoublonnage*.

Pour une migration unique, l’un ou l’autre se valent finalement, avec un avantage pour Mover.io. En revanche, le prix n’est pas tout à fait idéal chez ce dernier. Cela étant, pour un usage particulier c’est le meilleur des deux.

Nos conseils :

  • n’utilisez pas ces services pour transférer des données sensibles. Autant la sécurité est prise très au sérieux par les service de grande marque comme Google, Salesforce ou Microsoft, autant les petites startup californiennes sont plus floues dans leur choix de sécurisation.
  • pensez à révoquer l’autorisation d’accès au Cloud après chaque opération. Mieux vaut prévenir que guérir ! Cela s’effectue depuis l’accès aux applications de votre fournisseur de Cloud, et non pas sur le service lui-même.

Notre prochain test portera sur Otixo, qui n’est pas une solution de backup à proprement parler, puisqu’il s’agit d’un agrégateur de Clouds.

(*)  si vous souhaitez une solution de dédoublonnage de fichier directement sur le Cloud, pas de chance, il n’en existe guère. Optez pour une application sur Android appelée Unclouded qui télécharge la liste des fichiers (un peu long) sur votre smartphone, effectue les comparaisons et vous alerte sur les doublons, puis vous autorise à les effacer. Très pratique, gratuit pour 2 comptes, payant ensuite.

 

 

 

Author: Charles

Charles est le rédacteur en chef de Solution Gestion Projets. Spécialiste en ingéniérie sociale, c'est un geek qui aime tout ce qui touche à internet. Il a derrière lui un lourd passé de programmeur...

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *