Que de chemin parcouru !

Que de chemin parcouru depuis les premiers terminaux évolués, que l’on n’appelait pas encore smartphones… Équipés de systèmes propriétaires tels que Symbian à l’instar du Nokia 7650 sorti en 2002 qui se voyait doté d’un objectif photo de 0,3 mégapixels, ou du SonyEricsson P900 pourvu d’un écran tactile, qui représentait le nec plus ultra en 2003, ils ont connu bien des successeurs, au point que la mobilité constitue aujourd’hui un point d’entrée fondamental dans l’informatique de l’entreprise. Toute l’histoire de l’informatique semble se condenser dans cet axiome simple : des appareils de plus en plus petits et de plus en plus mobiles. Après les ordinateurs imposants des années 70, les mini ordinateurs des années 80 comme l’IBM 36 s’effacèrent devant les PC de bureau, bientôt remplacés par des portables, auxquels ont succédé les ultra-portables, puis les tablettes, les smartphones et maintenant les montres connectées voire, pour quelques happy few, les lunettes connectées façon Google Glass.  En apportant à chaque fois, une confirmation à peu près exacte à la loi de Moore qui faisait dès 1965 l’hypothèse que la puissance de calcul doublerait tous les deux ans.

Les réseaux ont connu eux aussi une croissance quasi exponentielle : si Internet a 25 ans cette année, les jeunes adultes d’aujourd’hui auraient peine à imaginer une page web de 1998 : quelques liens soulignés de bleu, quasiment aucune image et une patience infinie pour afficher des contenus bien rare, dans le hurlement strident des modulations d’un modem raccordé à la paire cuivrée du téléphone. Les premiers téléphones mobiles étaient alors incapables de transmettre de telles données à travers le réseau GSM. Aujourd’hui la fibre optique affiche des débits colossaux et la 4G des débits théoriques pouvant atteindre 100 Mb/s.

Dans le même temps, l’offre logicielle a suivi un chemin tout aussi dynamique, en passant des produits bureautiques classiques comme les tableurs et les traitements de textes, vers les progiciels rendus accessibles à tous à travers des services web dédiés permettant de mutualiser l’effort de développement informatique sur un grand nombre d’utilisateurs. C’est ainsi qu’ont vu le jour les grands CRM du marché, destinés à gérer la relation client à l’exemple de Salesforce.com, mais plus généralement une large variété d’applications de comptabilité, de paie, de gestion de projet, de maintenance…

Puissance des terminaux, diamètre des tuyaux, applicatifs : la convergence de tous ces éléments a rendu obsolète l’informatique telle qu’on la concevait voici encore dix ans.  Désormais, le système d’information de l’entreprise se dématérialise en se débarrassant de l’infrastructure pour la confier à des partenaires externes, ce qui lui permet de se concentrer sur son cœur de métier.  Mais à travers les nouveaux usages, un certain nombre de défis voit le jour qu’il convient de relever sous peine de s’exposer.

 

Vous souhaitez publier un point de vue? Contactez-nous via notre formulaire de contact pour nous soumettre votre proposition. 

Author: Charles

Charles est le rédacteur en chef de Solution Gestion Projets. Spécialiste en ingéniérie sociale, c’est un geek qui aime tout ce qui touche à internet. Il a derrière lui un lourd passé de programmeur…

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *